Accueil Parcours Parcours 18 – Le pays bigouden et Locronan

Parcours 18 – Le pays bigouden et Locronan

0
0
55

Ici, nulle falaise escarpée, pas de paysage en miettes ou de côte déchiquetée. Beaucoup de plat pays où s’égrènent ports de pêche et de plaisance, petites stations balnéaires et villages authentiques à l’intérieur des terres. Une Bretagne à l’état brut, sans maquillage ni concession, émouvante.

Plus loin, Locronan, petite cité de caractère possède une totale unité architecturale. Superbes demeures et hôtels particuliers des 17ème et 18ème siècles s’ordonnent harmonieusement autour de la place principale et de son vieux puits.

 Les incontournables

Port de Combrit-Sainte-Marine et chapelle Sainte-Marine : un adorable petit port, abrité, coquet et pittoresque. A une centaine de mètres, la chapelle Sainte-Marine, d’architecture typique, en granit, du 16ème siècle, est dédiée aux pêcheurs avec ses magnifiques ex-voto (maquettes de bateaux suspendues). Etonnant plafond voûté en bois et vitraux modernes.

 

IMGP3145 (Copier)

Le port de Combrit-Sainte-Marine

 

Ile Tudy : un petit bourg aux blanches maisons s’étirant sur une presqu’île à l’embouchure de la rivière de Pont-L’Abbé. Ses maisons et ses ruelles étroites rappellent l’île de Sein.

IMGP3131 (Copier)

Le joueur de luth à l’entrée de port d’Ile Tudy

 

Penmarc’h : la pointe de Penmarc’h, sentinelle du pays bigouden cernée par les récifs est souvent assiégée par l’océan. Une balade s’impose sur le port de pêche de saint-Guénolé, important port de pêche artisanale spécialisé dans la sardine, la langoustine et le thon. De là, la vue sur les rochers de Saint-Guénolé est superbe. Dans le quartier de Saint-Pierre, le phare d’Eckmul, d’une hauteur de 65m, fut inauguré en 1897 en mémoire du prince d’Eckmul dont la fille a financé la construction. Son faisceau porte à plus de 50 km. On peut grimper ses 290 marches pour 2.70€ !

IMGP3124 (Copier) 

 

 

Le calvaire Notre-Dame de Tronoën à Saint Jean Trolimon : sans doute le plus ancien calvaire de Bretagne et l’un des plus fascinants. On le date du milieu du 15ème. Isolé avec sa chapelle sur une butte dans un paysage très austère de dunes, de haies et de friches. Côté mer, les personnages du calvaire, rongés par les vents salins, n’offrent que des formes fantomatiques. Sur les faces moins exposées, on reconnaît certaines scènes. Côté chapelle, superbe Nativité à laquelle les lichens donnent un relief fantastique. Un des rois mages est en costume médiéval. Côté route, on distingue bien (en bas à gauche) la scène du Lavement de pieds. Tendresse sublime de La Pietà. La chapelle, côté calvaire, présente deux jolis porches encadrant le clocher, une grande fenêtre rayonnante et un retable intéressant.

 

IMGP3101 (Copier)

 Locronan : sur la place principale, l’église saint-Ronan, édifiée entre 1420 et 1480 grâce aux dons des ducs de Bretagne, mérite le détour. Chef d’œuvre du gothique flamboyant, cette église n’a jamais subi ni adjonction ni modification. Sinon que la grosse tour carrée, frappée trois fois par la foudre, a définitivement perdu sa flèche en 1808. Le porche est inspiré d’un de ceux de la cathédrale de Quimper. A l’intérieur, c’est un festival de merveilles. A droite de l’entrée, dans la chapelle, le gisant de Saint-Ronan.

Magnifique Déposition de Croix en pierre polychrome de la même époque. Au-dessous, deux bas-reliefs de Jésus ressuscité. Attardez-vous sur la chaire, fascinante bande dessinée déroulant en dix médaillons, la vie de saint-Ronan. Somptueux retable du Rosaire du 17ème siècle. A côté de l’autel principal, saint-Ronan dans une niche affublé d’un costume d’évêque. Le vitrail principal, du 15ème siècle, prolonge notre béatitude en 18 panneaux racontant la Passion. Se rendre ensuite au fond du cimetière pour une très belle vision du chevet avec calvaire.

Par la rue Moal au bout de la place, on peut se rendre à la chapelle Bonne Nouvelle, adorable, qui date de l’époque de saint-Ronan. Petit calvaire et fontaine ancienne. La rue Moal était la rue des tisserands, un temps la plus animée du bourg.

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La place principale de Locronan

 Les éventuels

Port-la-Forêt, port de La Forêt Fouesnant : ce port, entre autres port d’attache de François Gabart et Jean Le Cam est un centre important d’entraînement à la course au large qui a déjà formé de nombreux champions. Un ponton multicoques permet d’admirer de près ces géants des mers… quand ils sont là !

 

Port La Forêt (1) (Copier)

Le ponton multicoques de Port-La-Forest

 

 

La pointe de la Torche : tous les amateurs de glisse du Finistère connaissent l’endroit ! Les vagues déferlent et s’écrasent sur une plage longue de 30km de Saint-Guénolé à Audierne. Un sentier fait le tour de la petite presqu’île. Superbe point de vue sur les rochers de Saint-Guénolé et la plage de Pors-Carn.

La maison des jeux bretons à Saint Jean Trolimon : un endroit pour découvrir et pratiquer une quinzaine de jeux bretons traditionnels pour petits et grands. Une personne est là pour expliquer les règles. Mercredi et samedi 14h / 18h – 2€. Si vous vous y rendez, vos scores (1 point par victoire) s’ajouteront à vous résultats. Mais vous n’êtes pas obligés !

Le centre historique de Quimper : impossible de décrire toutes les ruelles pavées, ni d’élire la plus belle maison à colombages. Il faut flâner à son goût rue Kéréon, rue du Guéodet avec sa fascinante maison des Cariatides, rue Elie-Fréron, place au Beurre, rue du Salé, place Terre-au-Duc, rue Saint-Mathieu ou encore entrer dans les halles Saint-François et, évidemment, la splendide cathédrale Saint-Corentin.

Le musée de la faïence – Quimper : installé dans une ancienne faïencerie, ses huit salles d’exposition retracent l’histoire de la faïence de Quimper depuis 1699. – 14, rue Jean Baptiste Bousquet – ouvert de mi-avril à fin septembre – 7€ (billet jumelé avec la faïencerie Henriot)

La faïencerie Henriot – Quimper : créée en 1690, elle est une des plus anciennes manufactures françaises. C’est la seule faïencerie bretonne à fabriquer et à décorer entièrement à la main toutes ses productions. Chaque pièce est exécutée selon la technique de la main levée et signée par l’artiste. Après la visite de 30mn, on vous mène droit au magasin ! place Bérardier – ouvert toute l’année – 5€ ou 7€ billet jumelé avec le musée.

La cidrerie Manoir du Kiniz : la visite commence par une promenade dans le verger avant de se rendre à la cidrerie où l’on apprend comment était fabriqué et consommé le cidre dans les fermes au début du 20ème siècle. On pénètre ensuite dans les chais ou l’on stocke du cidre mais aussi de l’eau de vie et du pommeau de Bretagne. En fin de visite, on déguste ! même le Pastis Marin, dont vous ne saurez rien ! 75, chemin du Quinquis – Toute l’année, tous les jours sauf le dimanche et les jours fériés – 9h-12h30 et 14h-18h30 – Gratuit.

le musée de l’alambic à la distillerie du Plessis : collection privée présentant différents modèles d’alambics en cuivre datant des années 1800 à  nos jours ainsi qu’un magnifique pressoir du 17ème.

77, chemin du Quinquis – mêmes jours, mêmes horaires que la cidrerie – Gratuit.

What do you want to do ?

New mail

Parcours 18 - Le pays bigouden et Locronan dans Parcours
Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par ribambellesdemots
Charger d'autres écrits dans Parcours

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Parcours 4 – Entre Blavet et ria d’Etel

Une petite virée sur la presqu’île de Gâvres en prenant le bateau-bus puis retour su…